…” Le peuple portugais est essentiellement cosmopolite. Jamais un vrai Portugais, n’était Portugais : Il était toujours tout… »
Fernando Pessoa- Poète 1888-1935 / Portugal
Découvrez quelques curiosités que l'on ne trouve qu'au Portugal.
Riez, surprenez-vous, intéressez-vous et apprenez à nous connaître un peu mieux.

Le Porto

Le Porto


Produit avec des raisins entièrement portugais, il fait partie de la plus ancienne région d’appellation contrôlée au monde, depuis le XVIIIe siècle, étant à table de rois, présidents au monde entier. Les grandes conquêtes des nations ont été célébrées avec ce nectar. Produit dans la vallée du fleuve Douro à l'intérieur du pays, il est devenu connu sous le nom de vin de Porto, car il était stocké à Vila Nova de Gaia á Porto, d’où il était exporté pour le monde entier. La ville de Porto, la 2ème plus importante du pays après Lisbonne, est considérée comme l'Ex libris du Nord, la Bruges portugaise, avec ses monuments en granit de style baroque, sur la rive du fleuve Douro, tout près de l'Océan.

Le Baroque du Roi Jean V

Le Baroque du Roi Jean V


Différents courants artistiques coexistaient au Portugal sous le règne du roi Jean V au XVIII siècle, dans lequel le baroque Joanino a eu le grand mérite de s'ouvrir aux influences des courants internationaux, de les mélanger avec la tradition artistique des ateliers nationaux et de produire certaines œuvres d'art portugaises plus emblématiques.
La ville de Porto, d’entre autres, est connue pour ses œuvres dans ce style très portugais et pour ses monuments en granit, œuvres de l'architecte italien Nicolau Nasoni, comme la Torre dos Clérigos, le Paço Episcopal ou la Casa Mateus à Vila Real.

Le Filigrane

Le Filigrane


Travail de bijouterie ornementale fait de fils très fins qui peuvent être de l'or, de l'argent ou du vermeil et de minuscules boules en métal soudées entre elles pour former un dessin. Le filigrane est utilisé en bijouterie depuis l'antiquité gréco-romaine, bien qu'au Portugal il y ait une tendance à le considérer comme antérieur à la civilisation gréco-romaine, en le ramenant à l'époque des Celtes. Par conséquent, il est encore utilisé dans une large variété d'objets de décoration.
Actuellement, on trouve des pièces en filigrane avec une énorme visibilité dans le nord du Portugal, souvent utilisées dans l'ensemble de la robe de mariée traditionnelle et aussi dans le costume féminin des groupes folkloriques du Minho. De belles orfèvreries de ces pièces fabuleuses se trouvent particulièrement dans le Nord du pays, où on peut visiter ces ateliers et sa fabrication.

Les Fêtes Populaires et Pèlerinages

Les Fêtes Populaires et Pèlerinages


Ils sont sans aucun doute une caractéristique typique de la culture populaire et traditionnelle au Portugal. Ils se produisent dans tout le pays, en particulier pendant les mois d'été et font partie des souvenirs et des traditions des gens. La plupart des émigrés portugais éparpillés par le monde, visitent leurs villages et villes d'où ils sont partis, lors de ces festivités qui peuvent être une véritable fête d'un point de vue gastronomique, de la musique, de danses et de convivialité populaire. Ceux de Senhor da Agonia sont connus à Viana do Castelo, Nossa Senhora do Cabo Espichel, dans la belle Serra da Arrábida au sud de Lisbonne, entre d’autres.

Lenços dos namorados

Le Mouchoir de fiançailles


Pièce d'artisanat en lin typique du Minho, une belle province du nord-ouest du pays, utilisé par les femmes en âge de se marier, brodé à l'origine par elles, contenant des vers et divers motifs d'amour tels que des cœurs, des fleurs et des colombes. Beaucoup d'entre eux avaient des fautes d'orthographe parce que leurs exécutrices ne savaient pas très bien écrire. Aujourd’hui, on les trouve dans les meilleurs magasins d'artisanat à des prix assez élevés, considérés comme une pièce d'artisanat de haute qualité.

Le coq de Barcelos

Le coq de Barcelos


La légende du Coq de Barcelos raconte l'intervention miraculeuse d'un coq dans la preuve d'innocence d'un homme accusé de vol, un événement qui a eu lieu au Moyen Âge dans la ville de Barcelos. Le coq de Barcelos est aujourd'hui un icône dans tout le pays, considéré par beaucoup comme le symbole du Portugal, étant une forme d'artisanat acquis dans tout le pays mais principalement dans la ville de Barcelos dans la province du Minho où se trouvent les ateliers, les plus intéressants et de la céramique populaire. Tout portugais qui se respecte a un coq de Barcelos chez lui.

Les Caretos

Les Caretos


Personnage masqué et coloré du carnaval de Trás os Montes et du Haut Douro. C'est un homme qui porte un masque avec un nez saillant en cuir, laiton ou bois peint de couleurs vives jaune, rouge ou noir. La tradition des Caretos aurait des racines celtiques d'une période préromaine. Ils s'amusaient à effrayer les filles du village et à voler des baisers.

Pauliteiros de Miranda

Les Pauliteiros de Miranda


Danse guerrière caractéristique de Terras de Miranda, á l’intérieur du pays, zone frontière de Raia, accompagnée des sons de cornemuses et d’autres instruments.
Dansés uniquement par les hommes, (8) portent une jupe brodée et une chemise en lin, un gilet marron, des bottes en cuir, des chaussettes en laine et un chapeau décorés de fleurs et de 2 bâtons avec lesquels ils font une série de pas différents et de mouvements coordonnés. Le mirandês est une langue parlé ici, cette langue est parlée par environ 7000 à 10 000 personnes dans l'extrême nord-est du Portugal, depuis 1999 est la deuxième langue officielle du pays. À l'origine asturien-léonine avec une influence celtique et latine.

Les Azulejos  portugais

Les Azulejos portugais


L'azulejo portugais est une des marques les plus distinctes de la culture portugaise. Pour parler de l'histoire des azulejos portugais, nous devons nous référer à son origine. L'influence de la décoration ornementale musulmane a eu un fort impact sur la culture portugaise des azulejos. Initialement mêlé aux motifs décoratifs des artistes sévillans, il s'est individualisé au fil des siècles. L'éclat, l'exubérance et la fantaisie des motifs ornementaux arrivent de l'Orient.
De Chine arrive le bleu de la porcelaine qui, dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, donne aux azulejos des compositions sans caractère répétitif, pleines de dynamisme et de formes en mouvement. Pendant le règne du roi Jean V au XVIIIe siècle, les azulejos ont été influencés par la sculpture dorée, utilisant les mêmes motifs dans une tendance à recouvrir toute la surface des murs, créant un impact baroque caractéristique. Pendant cette période, les azulejos portugais sont largement utilisés dans les églises, les palais et les maisons appartenant à la bourgeoisie, à l'intérieur comme à l'extérieur et dans ses jardins. Il était considéré comme un moyen de distinction sociale. Les azulejos ont 500 ans de production nationale.

Les Gâteaux Conventuel

Les Gâteaux Conventuel


L'origine des confiseries des couvents portugais remonte au XVe siècle. Le sucre vient d’arriver dans la tradition gastronomique des couvents et la liste des confiseries est longue et couvre toutes les régions du Portugal. Souvent, quand nous allons dans une pâtisserie pour prendre un café et un gâteau, nous mangeons un gâteau conventuel.

insi les plus connus sont:

Les Gâteaux á la crème de Belém

Les Gâteaux á la crème de Belém

Au début du XIXe siècle, à Belém, à côté du Monastère de S. Jérôme, il y avait une raffinerie de canne à sucre associée à un petit lieu de commerce varié. À la suite de la révolution libérale qui a eu lieu en 1820, en 1834, tous les couvents et monastères du Portugal ont été fermés, expulsant le clergé et les ouvriers. Pour essayer de survivre, quelqu'un du Monastère met en vente des pâtisseries sucrées dans ce magasin, vite connu sous le nom de « Pastéis de Belém ». En 1837, début de la fabrication des «Pastéis de Belém », dans des installations rattachées à l'affinage, selon l'ancienne «recette secrète», du Monastère. Diffusés et exclusivement connus des maîtres pâtissiers qui les fabriquent à la main, dans l' «Oficina do Segredo». (La salle du secret) Cette recette reste la même à ce jour, attirant des gens du monde entier à Belém pour les goûter.

Le Style Manuélin

Le Style Manuélin


Le gothique portugais tardif ou flamboyant est un style architectural décoratif et sculptural qui s'est développé pendant le règne du roi Manuel I au XVIe siècle. Il s'agit d'une interprétation portugaise du gothique tardif ainsi que de l'art luso-mauresque ou mudéjar. Les icônes de ce type de décoration sont le Monastère des Hiéronymites, la Tour de Belém à Lisbonne, entre autres qui peuvent être visitées dans la capitale du Portugal sur la rive du magnifique fleuve Tage.

Zé Povinho

Zé Povinho


C'est un personnage satirique, de critique social, créé par Rafael Bordalo Pinheiro, qui était un artiste portugais, avec un vaste travail, réparti dans des dizaines de livres et publications, aquarelliste, illustrateur, décorateur, caricaturiste politique et social, journaliste et céramiste . Son nom est étroitement lié à la caricature portugaise. Il est l'auteur de la représentation populaire de Zé Povinho, qui est devenu un symbole du peuple portugais représentant… les Portugais, l’homme du peuple. Ce sera comme l’Oncle Sam pour les Américains. Le travail de céramique de Rafael Bordalo Pinheiro est devenu internationalement connu et la fabrique de céramique est visitée tout au long de l'année par les touristes dans la belle ville de Caldas da Rainha, près d'Óbidos.

Les Tapis  d’Arraiolos

Les Tapis d’Arraiolos


Les tapis d’Arraiolos sont des tapis brodés de laine sur une toile de jute ou de coton, traditionnels dans le village d'Arraiolos, au Portugal. Les plus anciennes références à la technique de fabrication des tapis Arraiolos remontent à la fin du XVe siècle. La Tapisserie portugaise brodée à la main, nommée Broderie d'Arraiolos, ne date officiellement que du début du XVIIe siècle, mais on peut supposer qu'elle était pratiquée bien plus tôt, puisque le point de croix oblique (actuellement connu dans le monde entier sous le nom de point d'Arraiolos) est également pratiqué dans la péninsule ibérique depuis le XIIe siècle. Ils sont réalisés à ce jour à Arraiolos dans l'Alto Alentejo, l'une des plus belles régions du sud de Lisbonne.

L’art Xavega

L’art Xavega


Est une pêche artisanale réalisée avec une senne et son équipement se compose d'un câble, de flotteurs et d'un sac de forme conique. Autrefois, le ramassage se faisait à l'aide de bœufs et n'est pratiqué qu'au Portugal entre Espinho (près de la ville de Porto) et Costa de Caparica, au sud de la Capitale. Le mot Xávega vient de l'étymon arabe Xábaka, qui signifie réseau. L'Art Xávega est une tradition qui, d'année en année, se perd sur certaines plages du pays, dont Nazaré est un exemple, où des récréations sont faites pour les touristes. Il est également encore pratiqué dans certaines régions de l'Algarve au sud du pays.

Le Fado

Le Fado


Le fado est un genre musical très connu au Portugal. Habituellement, un seul chanteur de fado le chante, au son de la guitare classique et de la guitare portugaise. Cette expression qui lui donne son nom vient du latin 'fatum', que l'on peut traduire par destin.
Il existe plusieurs théories sur l'origine du fado typique de Lisbonne : certaines trouvent leurs racines dans les chants des Maures qui, même après le retour des Chrétiens, ont continué à résider dans les quartiers de Mouraria et Bairro Alto. D'autres prétendent qu'il peut provenir des chants des troubadours, de la nostalgie inhérente aux marins ou du chant lundu pratiqué par les esclaves emmenés d'Afrique au Brésil. Ses principales caractéristiques, comme une tristesse profonde et durable, seraient un héritage de cette culture alliée au mot Saudade, que l'on ne trouve que dans la langue portugaise et qui définit l'absence de quelqu'un ou de quelque chose. Le fado n'est connu que depuis le XIXème siècle. À ses débuts, le Fado était composé de paroles et de mélodies très populaires, dans des régions comme Porto et Lisbonne. Peu à peu ce genre s'est développé, acquis une plus grande cohérence et adapté aux temps nouveaux, jusqu'à atteindre l'universalité. Depuis 2011, il est classé au patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco. La chanteuse de fado la plus connue de ces derniers temps était Amália Rodrigues, qui est déjà disparu. On peut l'écouter dans plusieurs maisons de Fado par tout le pays, mais surtout à Lisbonne.